L’ENTRAINEUR DU PÔLE VOILE PREND LE LARGE

INTERVIEW

Quel est ce projet ?
Nicolas et Moi Ulysse sommes deux amis de 31 ans : Nous nous sommes lancés dans un challenge : s’inscrire à une course au large à la voile, dont le but est de traverser l’Atlantique en bateau.

Qui vous êtes ?
Je suis Ulysse, coach Windsurf du centre d’entrainement Guadeloupéen de voile du CREPS et conseiller technique fédéral et Nicolas est ingénieur dans les énergies renouvelables en Bretagne.

Pourquoi partir ?
Notre objectif est de faire une course majeure en double. On pense notamment à la Transat Jacques Vabre en 2023.
C’est un énorme objectif, mais on y croit et notre énergie peut faire la différence pour valider les étapes dans les temps.
La différence avec la plupart des navigateurs du circuit, c’est que la course au large… on n’y connait vraiment peu de choses, c’est loin d’être notre métier au quotidien.
25 jours de mer, un petit bateau de 10m, 2 personnes, on se dit que ça doit être faisable !

Quand a lieu la course ?
Finalement la course a été annulée en raison du Covid. Nous avons beaucoup réfléchi pour savoir ce que nous devions faire. et nous avons décidé de traverser l’atlantique tout de même. Nous avions tout préparé : le financement, le bateau, le ravitaillement, la préparation...

Les associations que vous soutenez ?
Il y a plusieurs mois, au hasard d’une émission, nous avons découvert l’horreur de l’endométriose : 2 femmes sur 10 en Guadeloupe.

On a donc décidé de porter les couleurs de deux associations phares de lutte contre l’endométriose, LIKKID CHOCOLAT, gérée par l’extraordinaire Elodie NESTO, ainsi que l’association ENDOFRANCE.

C’est tout naturel pour nous de supporter cette cause, et le fait d’être des hommes ne change rien à cette volonté !

Quelle a été votre préparation ?
La préparation à une course au large, est assez longue et touche plusieurs secteurs :

1)Trouver les sponsors pour pouvoir prendre le départ. C’est le travail d’ une année
Nous voulons être vigilants sur le fait que ce type de projet ne mette pas financièrement en péril. Il faut que le projet soit bien structuré et viable pour qu’il prenne du sens.

2) Préparation de trois piliers : le corps, l’esprit et le matériel pour être en sécurité et le plus performant possible pendant la course.
c’est un programme assez chargé mais qui est nécessaire.

Les 25 jours de mers, c’est assez intensif.
C’est notamment pour cette raison qu’on va faire cette transatlantique malgré l’annulation de la course. On ne pourra pas se confronter, mais en arrivant en Guadeloupe, on pourra faire une synthèse sur la réalité par rapport à notre préparation.

Quel a été votre accompagnement : partenaires, préparations physique technique mentale ?

Nicolas, en métropole, a suivi un programme avec une coach spécialisée en bretagne, Gwenaelle VALY.
Ulysse a fait sa préparation avec Romain BERNADOY, kiné préparateur physique en Guadeloupe.
On a du aussi prendre des cours de micro-sommeils, ce qui a été fait avec le Dr SOCRATE, à Pointe à Pitre.
Ulysse s’est fait accompagner par un préparateur mental du CREPS, Fréderic BODINEAU.

Quels moyens de communication vous aurez pendant la traversée ?
En fait, en mer, on peut communiquer avec la terre, c’est juste que c’est très lent. Il faut savoir qu’envoyer une photo, ça peut prendre plusieurs jours.
Si nous avons une avarie en mer, nous avons une balise de détresse individuelle qui communique notre position par satellite à toutes les stations réceptrices environnantes.

Quelle va être la gestion des déchets ?
C’est un vrai sujet aujourd’hui. Nous sommes sensibles au développement durable et au respect de l’environnement.
Certaines misent sur la construction de bateaux recyclables comme Keni PIPEROL, c’est une innovation et une super nouvelle. Et un projet que nous suivons avec attention.
D’ autres sponsorisent des associations pour le climat.
Nous on veut surtout jouer la transparence :
On comptabilise toutes nos actions qui ont une empreinte carbone, pour faire un point à la fin de la Transat sur le cout écologique de notre projet.

Qu’est ce qui vous fait peur dans la traversée ?
Une simple voie d’eau peut nous mettre en danger. Aujourd’hui il y a de plus en plus d’objets dans l’océan, comme des containers, qui ne dépassent même pas de la surface de l’eau.
Aussi, on peut rencontrer un chalutier, beaucoup sont seuls sur leur bateau et non pas l’œil sur leur trajectoire.

Ou arrivez vous finalement ?
Maintenant que la course en Martinique est annulée. La Guadeloupe nous parait évidente, c’est la d’où vient Ulysse.

Comment peut on vous suivre ? Nous avons les raisons sociaux Instagram : ulysse_et_nicolas

Date de départ : le 2 avril

L’ensemble du personnel du CREPS leur souhaite Bon Vent !

PÔLE FOOT 2020/2021

Peux tu nous présenter le pôle cette année ? Le pôle est composé de (...)

Les missions du CREPS

Haut-niveau

Le sport de haut niveau

L’excellence sportive

 Le centre de Santé J.Plumasseau

La santé

Alimentation et mode de vie

Formations

Formations

Nos offres de formations